Archives de catégorie : Impact Education

Haïti : les infirmières ontariennes de retour à Toronto

Huit femmes habilles en vêtements d'été sont assises à l'arrière d'une fourgonnette.Tracey Hotta (au centre) et son équipe ont eu du mal à quitter Haïti en raison des manifestations antigouvernementales. Photo: Tracey Hotta

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1153808/infirmieres-haiti-retour-toronto

Advertisements

Canada. Conjoints d’expats : les bonnes stratégies pour réussir son insertion professionnelle

Publié le

Réussir son insertion professionnelle : une étape essentielle pour les conjoints d’expats. Photo Pixabay/cc

Même quand ils sont bien formés, les conjoints d’étudiants expatriés au Canada doivent souvent se contenter d’emplois peu qualifiés. Quelques conseils pour celles et ceux qui ne veulent pas faire une croix sur leur carrière.

Le nombre d’étudiants étrangers inscrits dans les universités canadiennes a fait un bond : il est passé de 84 000 en 1995 à près d’un demi-million en 2018. Certains de ces étudiants étrangers, notamment ceux qui sont en troisième cycle, sont venus accompagnés de leur conjoint ou conjointe, qui ne fait pas nécessairement des études. La majorité de ces conjoints, d’ailleurs – mais pas la totalité –, sont des femmes qui suivent leur époux.

Il existe bien des raisons pour faire un tel voyage en duo : l’envie d’avoir des enfants ou de préserver sa vie de famille, d’acquérir une expérience dans un autre pays ou encore d’épauler son conjoint pendant sa formation. De fait, une étude montre que, lorsqu’ils viennent accompagnés de leur compagne, les étudiants étrangers masculins réussissent mieux leurs études.

Les conjoints sont généralement des personnes bien formées : beaucoup possèdent des diplômes universitaires obtenus dans leur pays d’origine et plusieurs années d’expérience professionnelle. Or ils ont du mal à réaliser leurs objectifs professionnels une fois au Canada.

Certains ne se sont pas renseignés sur les obligations légales nécessaires pour travailler au Canada avant d’arriver et, parmi ceux qui trouvent du travail, beaucoup doivent se contenter d’emplois peu qualifiés, mal payés, qui replacent les femmes dans le rôle qui leur est traditionnellement attribué – garde d’enfants, employée de maison, vendeuse, etc. La prégnance des stéréotypes sexistes, notamment l’idée que la femme doit aider son compagnon qui poursuit des études mais aussi l’idée selon laquelle c’est avant tout la femme qui est responsable de l’éducation des enfants, réduit les chances de ces femmes de…

https://www.courrierinternational.com/article/canada-conjoints-dexpats-les-bonnes-strategies-pour-reussir-son-insertion-professionnelle

 

Un beau succès pour les 10 ans de l’école La Mosaïque

L’école La Mosaïque, située dans l’est de Toronto, a célébré ses 10 ans au Eton Tavern, sur l’avenue Danforth avec une soirée cabaret-jazz décontractée.

Tous les ans pour recueillir des fonds, l’école met en place des soirées-cinéma pour les enfants.

Pour son 10e anniversaire, le conseil d’école a décidé d’innover. « Nous avons tellement de talents chez nous. Il y a un membre des Chiclettesdans notre école et un d’Amélie et les singes bleus. Pourquoi ne pas utiliser ce talent et organiser une soirée pour adultes », a fait valoir Michelle Miller-Guillot, présidente du conseil d’école.

Mme Miller-Guillot met son plan à exécution. Elle en parle à Nathalie Nadon, une des Chiclettes dont le fils fréquente La Mosaïque, qui trouve l’idée très bonne. L’artiste multi-talentueuse va même plus loin et invite les deux autres membres des Chiclettes à chanter. Amélie Lefebvre, du groupe Amélie et les singes bleus et parent d’élèves de La Mosaïque, s’est jointe à la fête. « Les artistes ont fait don de leurs cachets et de leur temps », souligne Nathalie Nadon

Vers 19 h 30, Mme Nadon est montée sur scène et a interprété des chansons en français (Padam Padam d’Édith Piaf) et une en anglais pour les anglophones présents dans la salle. Avec son bagou naturel, elle rappelle au public que des billets de tombola sont en vente. Et ça marche. Avec l’entrée à 20 $ et le tirage 50/50 intitulé « Un pour toi, un pour moi », l’école a récolté 2445 $.

« Nous sommes super contents », a glissé Nathalie Nadon. Cet argent servira notamment à l’achat de nouveaux dossards pour les voyages de classe et à l’amélioration de la cour d’école.

Les parents et les enseignants étaient ravis de s’amuser entre eux. « C’est une soirée pour nous. Sans enfants, c’est un peu le paradis », confie Michelle Miller-Guillot L’événement fut un véritable succès et une seconde édition est déjà prévue pour 2020.

https://lemetropolitain.com/un-beau-succes-pour-les-10-ans-de-lecole-la-mosaique/

Julien Geremie, nouveau DG du CCO

Le conseil d’administration du Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO) vient d’annoncer la nomination de Julien Geremie à la direction générale de l’organisation.

À l’emploi du CCO depuis 2010, M. Geremie a commencé sa carrière au CCO comme agent de développement – région de l’Est à Ottawa avant de devenir directeur du développement en 2013 et directeur général adjoint en 2017. Ayant vécu dans quatre pays et quatre provinces canadiennes, M. Geremie est une personne qui aime relever les défis. Lorsqu’il a commencé au CCO en 2010, l’organisation était alors en pleine restructuration. Il se retrouve aujourd’hui à la direction d’une organisation en excellente santé financière, dotée d’un plan stratégique renouvelé et qui bénéficie d’une très bonne réputation en Ontario, ailleurs au Canada et dans le monde.

Pour le président du CCO, M. Hosni Zaouali, « c’est toute une nouvelle ère qui commence pour notre organisation avec l’arrivée de M. Geremie à la direction générale. Notre conseil d’administration a remarqué son travail exemplaire et sa passion de la coopération et c’est pourquoi nous avons estimé qu’il serait la meilleure personne pour nous amener à l’atteinte des objectifs de notre nouveau plan stratégique ».

« C’est un privilège pour moi que de me retrouver à la direction de cette organisation, a indiqué M. Geremie. Je suis très fier du travail accompli jusqu’ici et je peux vous assurer que le meilleur reste à venir. Ma vision est claire, je veux faire de l’Ontario une vitrine mondiale d’innovation sociale, coopérative et communautaire. »

M. Geremie est entré en fonction comme directeur général le 21 janvier 2019.

https://lemetropolitain.com/julien-geremie-nouveau-dg-du-cco/

Interview de Siham SAHED, directrice de : «Passerelle-I.D.É Paris ».

Sihem SahedBonjour Siham et merci de m’accorder de votre temps pour cette entrevue de découverte pour mon blog : My FinéThik@75.

Vous êtes la directrice de «Passerelle-I.D.É Paris ». La structure a ouvert ses portes en mars 2014. L’association est une antenne de «Passerelle-I.D.É » basée à Toronto au Canada. Cette association a pour but de créer et favoriser un pont symbolique entre jeunes français et jeunes canadiens autour de l’échange culturel, ainsi que dans la promotion de la mobilité internationale des jeunes.

Mohamed OHA: Parlez-nous de votre parcours professionnel ?

Siham SAHED: Je suis consultante. Mais j’ai travaillé pendant longtemps dans le domaine de la jeunesse puis de la cohésion sociale.

Mohamed OHA: Pourquoi avez-vous créé une antenne à Paris de : « Passerelle-I.D.É » et quelle est l’origine du projet ?

Siham SAHED: Il nous a semblé important avec Leonie Tchatat (présidente de l’association) de proposer un programme de coopération franco-canadienne qui permettrait à de jeunes français et canadiens de disposer d’un séjour d’observation et de formation sur des thématiques qui les concernent telles que l’entrepreneuriat et la citoyenneté. Nous avons donc créé le programme Recipro’Cites qui répond à ces attentes et contribue à impulser chez nos bénéficiaires une dynamique nouvelle dans leur projet, tant professionnel que personnel.

Passerelle IDE

Mohamed OHA: Comment fonctionne « Passerelle-I.D.É Paris » et en quoi consiste votre activité ?

Siham SAHED: Passerelle IDÉ Paris est une sorte de bureau coordinateur du programme Recipro’Cites. Les jeunes français et canadiens sont gérés par nos équipes avant leur séjour de formation. Je m’assure de son bon fonctionnement.

Passerelles IDE paris

Mohamed OHA: Combien de personnes bénéficient de votre programme et quels sont vos objectifs ?

Siham SAHED: Plus de 80 jeunes ont d’ores et déjà bénéficiés de notre programme. Nous aimerions passer la barre des 100 jeunes en 2019.

Mohamed OHA: Que représente pour vous l’entreprenariat sociale et l’innovation ?

Siham SAHED: C’est indispensable à mon sens. J’y vois l’idée de solidarité, de vision nouvelle et d’anticipation tout en maintenant l’esprit de solidarité et d’entraide.

Mohamed OHA: Enfin, comment vous voyez dans 5 ans ?

Siham SAHED: Difficile de vous répondre. J’ai plutôt tendance à me projeter à moyen terme. 5 ans c’est long et loin. Je compte en tous les cas continuer à m’investir sur le programme Recipro’Cites. C’est un très bon programme qui fait ses preuves.

Merci Siham.

Lien utile : http://www.passerelle-ide.com/

Une interview réalisée par  Mohamed OULED HADDOU.

Bien se préparer pour ce demain qui est déjà là : la revue Gestion HEC Montréal s’y penche dans son édition hiver 2019

Par Raymond Desmarteau | francais@rcinet.ca
mardi 25 décembre, 2018 , 0 commentaire ↓

Dans son prochain numéro, celui d’hiver 2019, la revue Gestion HEC Montréal propose une série de dossiers portant sur l’intelligence artificielle, les difficultés à recruter les nouveaux talents et l’équilibre fragile du commerce mondial, des thèmes qui sont approfondis sous les angles positifs – les opportunités d’affaires – et négatifs – les menaces inhérentes à cette nouvelle économie – pour les entrepreneurs, ceux de demain comme ceux d’aujourd’hui qui veulent s’y plonger.

L’intelligence artificielle et ses défis

Quels sont les défis auxquels les dirigeants d’aujourd’hui devront faire face dans un avenir déjà à nos portes?

Percées significatives et accélérées, rareté des talents, équilibre précaire de l’économie mondiale, ce numéro de la revue Gestion HEC Montréal propose un dossier étoffé qui expose et explore une série de questions auxquelles tout dirigeant d’entreprise qui veut voir venir le vent doit se poser dès aujourd’hui.

« C’est une véritable cascade de menaces et de possibilités qui se profile à l’horizon et, pour survivre dans ce Nouveau Monde, nous serons tous appelés à aiguiser notre curiosité, notre sens de l’observation et nos services de veille »

Sylvain Lafrance, directeur de la revue Gestion HEC Montréal

Quelques exemples

Comment pourrons-nous faire bénéficier notre société des retombées économiques de cette nouvelle révolution industrielle ?

Quels changements devrons-nous apporter aux cursus scolaires en vue de préparer les citoyens à occuper des emplois dont nous ignorons aujourd’hui la teneur ?

La vague protectionniste qui déferle à l’échelle internationale, une réalité qui se doit d’être étudiée en conjoncture avec la montée du populisme politique.

Les défis RH

Diminution de la population active, concurrence accrue dans la chasse aux talents, mobilité accrue de la main-d’œuvre, les entreprises doivent déjà faire face à des défis croissants en matière de ressources humaines.

En ce sens, il faut impérativement réévaluer les pratiques de recrutement et de rétention des employés.

Les défis éthiques

Qu’il s’agisse du bien commun, des grands enjeux sociétaux ou de la viabilité même des modèles d’affaires, l’éthique sous tous ses angles s’impose dans tous les processus décisionnels des entreprises.

Des pistes de réflexion

L’édition hiver 2019 de la revue Gestion HEC Montréal propose aussi quelques pistes de réflexion allant du leadership en gestion à distance à des pratiques plus pointues en responsabilité sociale de son entreprise ou encore de bien faire le tri parmi les différents types de plaignants, qu’il s’agisse de produits ou de services, et de la réponse efficace à ces exigences.

Le nudge et un test

Enfin, il est aussi question du « nudge » – traduction libre, coup de coude, poussée, attirer l’attention – une méthode de gestion innovatrice et rassembleuse.

Et pour conclure ce dossier, Gestion HEC Montréal propose un test exclusif afin d’évaluer le degré d’intelligence émotionnelle d’une équipe de travail.

Gestion HEC Montréal est une revue trimestrielle qui s’adresse aux gens d’affaires, aux gestionnaires et aux décideurs.

Elle est vendue en kiosque au Québec et en Europe. Elle est aussi offerte en format numérique (Apple Store et Google Play).

http://www.rcinet.ca/fr/2018/12/25/bien-se-preparer-pour-ce-demain-qui-est-deja-la-la-revue-gestion-hec-montreal-sy-penche-dans-son-edition-hiver-2019/

Blogue – Fintech, Impact Economics, & Toronto City

%d blogueurs aiment ce contenu :